6

5 Logiciels de Dessin libre sous GNU/Linux

Bonjour,
dans ce billet, je vais vous présenter succinctement 5 logiciels de dessin libre et open-sources disponibles sous GNU/Linux.

Pour les installer, rien de plus simple, utiliser la logithèque ou le gestionnaire de paquet de votre distribution GNU/Linux.
Le billet s’articule sur 5 parties, une par logiciel, avec une petite présentation suivie de la liste des qualités et défauts du même logiciel.

est un petit logiciel de dessin libre destiné aux tous jeunes (à partir de 3 ans et personnellement, pas au-delà de 10 ans): à noter qu’il se situe dans la rubrique éducatif plutôt que graphisme.
Ce logiciel se repose sur une interface minimaliste (les outils à gauches, les pinceaux à droite et les couleurs en bas) à laquelle viennent se greffer des effets sonores qui amuseront les plus petits (et agaceront les plus grands) et une petite mascotte animée.
Ce logiciel est là pour de la création pur et dur: pas d’édition au programme.


(cliquer sur l’image)

les + : convivialité, amusant, les effets sonores;
les – : les effets sonores, uniquement pour de la création.

est l’équivalent libre de paint de chez Microsoft. Ce logiciel permet l’édition simple d’image (N&B, redimensionnement, etc). Son utilisation se révèle très simple et la prise en main est intuitve.
Comme son homologue windowsien, il ne gère pas la transparence (on oublie les .gif et les .png).


(cliquer sur l’image)

les + : simplicité;
les – : non gestion de la transparence.

est un logiciel de retouche d’images avec une interface correspondant à Paint.net (sur Windows), idéal pour les retouche de base ou de la création graphique « simple ».
Ce logiciel s’adresse à des personnes ayant une certaine connaissance de la DAO; dont les principales caractéristiques sont: les effets (nombres, variés et modulables), la gestion de filtres (et par conséquent la gestion de la transparence) et les outils classiques de dessin.
Le logiciel souffre de quelques petits bugs, mais si ce dernier suit les traces de son homologue .net, il est fort à parier qu’il deviendra un outil de choix pour les utilisateurs qui veulent aller plus que les simples éditions d’images.


(cliquer sur l’image)

les + : gestion de filtre, de transparence et prise en main intuitive;
les – : nécessite des notions de DAO.

est un outil complet pour dessiner, peindre, et éditer des images. Se plaçant comme un concurrent aux suites d’Adobe, ce produit s’adresse aux confirmés de la retouche graphique. Le soft est modulable à souhait vue le nombre des outils et autres plug-in pouvant être ajoutés (merci la communauté!! ;) ), permettant de fait la gestion de la quasi totalité des formats d’images.


(cliquer sur l’image)

les + : modularité, outil complet, communauté très active;
les – : nécessite des grosses notions de DAO, peu intuitif.

est le logicielle de traitement de l’image de la suite bureautique de KDE; mais reste tout de même installable sous Ubuntu.
Dans la lignée d’un Gimp, ce soft dispose d’une utilisation assez simple d’accès pour ceux qui ont déjà une bonne maîtrise de ce genre de logiciel, et demande une certaine adaptation pour sa prise en main (son interface est quasi identique à celle de Photoshop).
A noter que le soft peut supporter l’utilisation des tablettes graphiques.


(cliquer sur l’image)

les + : interface à la photoshop, support des tablettes graphiques;
les – : nécessite des grosses notions de DAO, peu intuitif pour les néophytes.

Bonnes créations! :-)

Partager l'article :





K

Plop. K comme Kreol (ou Konnard), néophyte en Linux (ma bécane est un laptot sous ubuntu-gnome 12.10 64 bits) initié au monde Linux/Libre/Open-Source par l'auteur (tortionnaire) principal du blog: Fred ! On bosse en collaboration sur le blog : Fred étant plutôt orienté système et moi plutôt sur l'aspect visuel (graphique).

6 commentaires

  1. Bonjour,
    J’ai testé gpaint mais ne retrouve ni les retour arrière et avant, ni le redimensionnement que j’ai connu jadis chez Paint.
    Curieux, vous avez pourtant indiqué le second comme existant, chez moi, il était introuvable.

  2. Gpaint: Ce n’est pas de la simplicité mais de l’indigence. Il n’arrive pas à la cheville de Paint. Il manque des fonctions aussi indispensable que l’annulation de la dernière opération. Un remplissage raté qui déborde et vous êtes bon pour tout recommencer. Faire la promotion de cette nullité dessert le libre.
    Vous ne parlez pas de Kolourpaint, pas aussi complet que Paint (manquent les formes géométriques) mais 1000 fois mieux que Gpaint! (G comme guignol?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *